2021 Conférences

Gynécologie en question, gynécologie dans la tourmente?

Mercredi 10 mars de 18h à 21h sur Zoom

Table Ronde Gynécologie en question, gynécologie dans la tourmente? Dialogues entre patient.es et praticien.nes, avec Ghada Hatem, Margaux Collet, Caroline Reiniche, Myriam Dergham, Camille Véran et Dorothée Rameau.

Les violences gynécologiques et obstétricales désignent les violences verbales, physiques et le non-respect du droit des patient.e.s pendant la grossesse, l’accouchement ou lors des consultations. Longtemps restées taboues, ces pratiques sont devenues publiques à partir de 2014, notamment lorsque le hashtag payetonuterus apparaît sur Twitter et incite les victimes à témoigner. Aujourd’hui, les groupes de patient.e.s se multiplient  sur les réseaux sociaux pour dénoncer les violences gynécologiques et obstétricales. En 2018, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes publie un rapport[1] nommé « Les actes sexistes durant le suivi gynécologique et obstétrical : des remarques aux violences, la nécessité de reconnaitre, prévenir et condamner le sexisme ». Sous la forme d’une table ronde, la soirée du 10 mars propose une discussion autour de ces questions au cœur de l’actualité féministe et médicale : peut-on exercer une violence tout en ayant l’impression de bien faire ? Comment le terme de violence gynécologique a-t-il voyagé, depuis les espaces latino-américains notamment, et quels échos a-t-il trouvés ? La gynécologie est-elle vouée à reproduire des schémas culturels hérités, ou s’exerce-t-elle aussi en conférant aux patient.es leur pleine nature de sujets ? Comment concevoir, pratiquer, former au soin dans un contexte largement renouvelé par ces récents débats ?

Pour en discuter, nous recevrons notamment Margaux Collet, co-rapporteure du rapport du Haut Conseil à l’égalité sur les violences subies par les femmes en gynécologie, Ghada Hatem, gynécologue-obstétricienne à la Maison des femmes de Saint-Denis, Caroline Reiniche et Myriam Dergham, sage-femme et étudiante en médecine membres de « Pour une Médecine Engagée, Unie et Féministe », Dorothée Rameau membre du Collectif Interassociatif autour de la Naissance et Camille Véran gynécologue au GHM ayant mené une enquête sur les maltraitances en milieu médical. 


[1] https://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/sante-droits-sexuels-et-reproductifs/actualites/article/actes-sexistes-durant-le-suivi-gynecologique-et-obstetrical-reconnaitre-et