2020

Exposition: 3 millions d’harcelées

Exposition 3 millions d’harcelées

« Une femme sur deux avoue s’être déjà changée de peur d’être harcelée »

Une exposition sur le harcèlement de rue sera proposée dans le bâtiment ARSH tout au long de la semaine du 9 au 12 mars 2020.

C’était l’été. Les thermomètres affichaient quarante degrés à l’ombre et sur les terrasses de France déferlaient une vague de torses-nus-petite-bière-blonde à l’ombre des parasols. Moi, j’avais chaud, j’enfilais innocemment un débardeur et un mini short avant de sortir affronter la canicule. Dans la rue, j’entendis un claquement de langue. Exactement le même que l’on pourrait faire en salivant sur la devanture d’un charcutier. C’était discret, mais c’était déjà trop. Je me suis regardée dans une vitrine. Merde, il est pas un peu court mon short ? Comme si c’était moi qui devait me remettre en question.

C’était le soir. Je rejoignais une copine dans notre bar préféré. Le serveur s’est approché de nous et, au moment de lui servir son Monaco, il lâche, en louchant sur son crop-top : « Ben alors, c’est habillée comme ça que tu vas au boulot ? » Elle, gênée, lui répond que non, qu’aujourd’hui elle était en congé. Comme s’il fallait se justifier pour avoir le droit de montrer son nombril.

On était en avril, mais la pluie s’était mise à tomber. Je frissonnais, trempée, dans ma robe en coton. A la machine à café, un collègue me lance : « si tu t’habillais correctement aussi ! » Comme si c’était vraiment de ma santé dont il se souciait derrière cette remarque si innocente.

On fait porter aux filles des jupettes, mais la puberté arrivant, on leur insuffle doucement la crainte d’une jambe trop découverte. En effet, 65% des françaises de moins de 15 ans ont déjà été confrontées à du harcèlement de rue, et 82% avant 17 ans.

Mes potes ne comprennent pas. « Tu fais bien ce que tu veux ! » Or, la manière dont on s’habille conditionne le regard que l’on peut porter sur nous et la violence des remarques que l’on peut recevoir. Le moindre trajet en métro devient un risque potentiel : 100% des utilisatrices des transports en commun avouent avoir reçu une remarque déplaisante au moins une fois.

Peu importe qui a lancé l’insulte. Un jeune, un vieux, un collègue, un inconnu, une fille aussi, puisque 15% des insultes proviennent de femmes. Peu importe si c’était une simple remarque, une technique de drague ou un « compliment ». Ce qui importe, c’est qu’en 2018, après tant d’avancées pour l’égalité des sexes et la parité, une femme sur deux a avoué s’être déjà changée de peur d’être harcelée. Une femme sur deux a censuré sa propre liberté par peur de la voir limogée par un ou une autre1.

Ce sont ces remarques et ces gestes déplacés que nous avons décidé de dénoncer dans l’exposition « 30 millions d’harcelées2 ». Trente millions d’harcelées qui se voient souvent rétorquer qu’elles auraient dû « s’habiller autrement », qu’elles sont à moitié coupables de leur peine. Trente millions d’harcelées, mais combien d’harcelés ? Les chiffres sur la question n’existent pas encore, et il est indéniable que le « catcalling » reste un phénomène qui touche essentiellement les femmes. Mais l’exposition a voulu montrer que tout le monde peut être la victime de comportements inappropriés, et que les répercussions morales sont indéniables, peu importe le genre concerné. Organisée par trois étudiantes membres du bureau des étudiants de l’ARSH, dans le cadre du festival Trouble Ton Genre, l’exposition prendra place dans le bâtiment ARSH pendant la semaine du 9 au 13 mars, et des photos seront publiées sur les réseaux sociaux. On vous attend nombreu.x.ses !

1 Vous trouverez plus de chiffres et d’informations sur le harcèlement de rue sur le site : http://www.stopharcelementderue.org/

2 Source : https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement-sexuel/harcelement-la-realite-des-chiffres_2633286.html

affiche festival trouble ton genre 2020 exposition 3 millions d'harcelées

Exposition 3 millions d’harcelées

1 commentaire

  1. […] la semaine du festival, une exposition sur le harcèlement de rue sera présentée dans leslocaux de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 ⁄ 7 =